Les trois églises romanes de Matha

La ville de Matha possède deux des plus beaux édifices religieux saintongeais de l’époque romane ainsi que les vestiges d’une chapelle seigneuriale de la fin du XIIe siècle qui appartint à un château-fort. Deux hameaux distincts, Marestay et Saint-Hérie, se partageaient alors le territoire sous la protection des seigneurs du lieu dont la châtellenie siégeait au centre, à Mathas. L’église Saint-Pierre de Marestay fut construite au début du XIIe siècle et l’église Saint-Barthélémy de Saint-Hérie se releva de ses ruines dans le troisième quart du XIIe siècle. Ce sont les moines de la puissante abbaye de Saint-Jean-d’Angély qui leur insufflèrent l’expression de leur foi. Il nous en reste la richesse des décors et la variété des styles. Mathas n’était alors pas encore Matha. L’unification de ce territoire n’intervient que le 6 mai 1818 reliant Marestay à Saint-Hérie, englobant l’espace seigneurial pour s’appeler « Matha ». Cette singularité territoriale offrit au Matha d’aujourd’hui d’être l’héritier d’un patrimoine d’exception et d’avoir su concilier deux pensées à travers la construction, au milieu du XIXe siècle, du temple protestant qui réhabilita les restes de la chapelle chrétienne