Notre « sacrée » liberté d’expression

Notre « sacrée » liberté d’expression

Le temps passe et bonifie notre librairie associative que de nombreuses personnes fréquentent et soutiennent. Nos objectifs étaient d’en faire un lieu de partage et d’échange de même qu’un espace de culture et de promotion du livre régional et de toutes les littératures confondues. Grâce au travail effectué par Brigitte, notre libraire, et aux bénévoles de l’équipe, le Passage des Heures est devenu un « territoire » de lien social en milieu rural, un accélérateur de ce « bien vivre ensemble » qu’il nous faut conserver, développer et défendre.
L’espace bouquinerie et ses nombreux ouvrages d’occasion attirent du monde car les titres sont souvent renouvelés et les vitrines attrayantes.
Depuis quelques années, l’apéro des artistes est devenu un temps incontournable de la vie savinoise. En toute simplicité, sans discours superflus, peintres, auteurs, artisans, musiciens, acteurs et simples citoyens amis du Passage des Heures se réunissent pour échanger et mieux se connaître.

L’activité d’édition, avec notamment sa collection « Images d’autrefois » est désormais reconnue et appréciée.
Dans d’autres collections, plusieurs de nos livres tels « Chacun sa part, Brossard 1932-2013 » ou « Matha et son pays vus par Noé Bourgouin » sont de beaux succès cette année.

En 2016, plusieurs projets de livres devraient voir le jour comme « Saint-Genis-de-Saintonge, images d’autrefois », « La Charente-Maritime pour les curieux » (bilingue), « Gustave Fort, de Saint-Sauvant à Bussac », « Jean Hay, l’épopée d’un républicain charentais de Marennes à l’enfer des camps », « Saintes, chroniques historiques »…

L’événement sera sûrement la parution de notre « Emile Combes, le combat pour la laïcité » de Philippe Hélis. Essai sur le parcours de celui à qui nous devons beaucoup et notamment la loi sur les associations et celle sur la laïcité, un concept qui reste à protéger encore aujourd’hui, en France, plus de cent ans après. L’ouvrage réunira un grand nombre de caricatures d’époque comme une résonance à notre « sacrée » liberté d’expression assassinée récemment.

Bonnes fêtes !

Michel Téodosijévic