Actualité

Binuche, enfant du Pays

Binuche, enfant du Pays

Le chanteur auteur-compositeur des Binuchards a confié la publication de ses mémoires au Passage des Heures de Saint-Savinien, commune où Binuche lui-même demeure depuis de longues années. Ce livre captivant raconte la vie mouvementée d’un artiste au parcours atypique. D’abord une carrière de chanteur conteur en solo puis, à partir de 2000 et la création du groupe mythique Les Binuchards, un succès qui s’esquisse et finit par se confirmer. S’en suivra 17 ans de bonheur pour ce nombreux public régional qui ne s’y trompe pas : sincérité, talent, convivialité sont au rendez-vous et chaque concert devient une fête qui réunit plusieurs générations… A la fin de son autobiographie, Binuche écrit : « En ce moment beaucoup de gens me demandent ce que je vais faire maintenant. Je leur réponds : Ce que j’ai toujours fait, profiter du bonheur qui passe ». Il cite aussi le texte d’adieu et de remerciements que Jean-Christophe (musicien et pilier des Binuchards) a écrit : « Voilà… c’est fini… ça y est, Binuche prend une retraite bien méritée Huit albums studio, trois albums Live, deux DVD, une BD, et une biographie. Et, pour les souvenirs, des tee-shirts, des autocollants et des décapsuleurs. 854 concerts, soit près de 2000 heures de musique live ! Et donc près de 3000 heures de répétitions et près de 1200 heures d’enregistrements et de mixage pour tous les albums ! Près de 590 000 spectateurs (selon nous, beaucoup plus selon la Sacem). Pas loin de 2 300 000 visiteurs sur le site officiel, et 12 708 Facebookiens ! Il a fallu également tout au long de ces 17 années : 22 708 bouteilles d’eau, 987 bouteilles de berger, 144 bouteilles de Cognac, 17 bouteilles de pineau, une demi bouteille de rosé pamplemousse, 3 752 bouteilles de rouge, 256 bouteilles de blanc, 102 bouteilles de champagne, une bouteille de rosé (pour Bruno) et 5 677 litres de bières… mais aussi, 2 574 boîtes de pâté, 1,6 tonne d’entrecôtes, 1,2 tonne de frites, 112 douzaines d’huîtres, 421 kilos de pâtes, 160 kilos de sauce… » Le samedi 2 décembre à l’espace culturel Leclerc de Saint-Jean-d’Angély de 10 à 12h30 Le samedi 9 décembre à l’espace culturel Leclerc de Saintes de 10 à 12h30 Le mercredi 20 décembre de 18 à 20h sous les halles de Saint-Savinien lors du marché nocturne. ENTRÉE LIBRE 112 pages avec photos en couleur – 19 euros...

Lire La Suite

Le passé des ports

Le passé des ports

Dans le cadre du salon du livre de Mortagne-sur-Gironde, les éditions savinoises « Le Passage des Heures » présentent leur dernière parution : « Les ports charentais de l’estuaire de la Gironde ». Un bel ouvrage à découvrir dimanche 6 août en présence de son auteur Jean-Hughes Favereau. L’estuaire de la Gironde fut depuis les temps les plus anciens (l’âge du Bronze) une voie de communication importante. Des bateaux transportant de l’étain venant de Cornouailles et d’autres du cuivre en provenance d’Espagne, s’y croisaient. Ce trafic est vraisemblablement à l’origine de la fondation de Bordeaux. Le vin italien et l’huile que Bordeaux réexpédie, circulent dans l’autre sens. La ville antique de Novioregum, près de Talmont sur l’estuaire, devint à cette époque un port très important comme le prouve les restes des vastes entrepôts découverts. Le trafic maritime dans l’estuaire s’amplifie avec l’arrivée sur le trône des rois d’Angleterre en Aquitaine au XIIe siècle. Le cabotage est alors la principale activité des ports de l’estuaire. Il se déroule à partir de ports jalonnant l’estuaire comme Blaye, Mortagne, Barzan, Meschers, Royan et, sur la rive gauche, Brion.Des ports apparaissent aussi sur les étiers côtiers. Certains sont encore présents mais bien d’autres, suite à l’envasement progressif du chenal les reliant à la mer, ont disparu avec le temps. Le but de cet ouvrage est de présenter l’histoire de ces ports charentais de l’estuaire dans la Gironde. Cet estuaire – le plus vaste d’Europe – est long de 75 km depuis le bec d’Ambès, la confluence de la Garonne et de la Dordogne jusqu’à son embouchure dans l’Océan atlantique. En 1857, cette limite nord séparant la mer et l’estuaire est fixée par décret par Napoléon III : les limites de la mer à l’embouchure de la Gironde sont données par une ligne allant de la pointe de Grave (Gironde) à la pointe de Suzac (Charente-Inférieure) ». Saint-Georges-de-Didonne devient la seule commune de la rive droite de la Gironde à être à la fois estuarienne et maritime et son port, un port maritime et non fluvial. Cet ouvrage décrira donc les ports depuis le port de Vitrezay, à la limite de la Charente-Maritime et de la Gironde jusqu’au port de Meschers. Tous ces petits ports durent lutter depuis leur création contre un phénomène naturel : l’envasement progressif du chenal qui donne accès à l’estuaire. Toutefois, ils furent un véritable poumon économique pour la Saintonge en permettant d’exporter la production...

Lire La Suite

Rouffiac, images d’autrefois

Rouffiac, images d’autrefois

Encore un nouvel opus dans la collection Images d’autrefois ! La municipalité de Rouffiac et Les éditions Le Passage des Heures vous invitent à la présentation officielle du livre « Rouffiac, images d’autrefois » Rendez-vous vendredi 7 juillet 2017 à 18 h à l’aire de loisirs de Rouffiac Pour acheter l’ouvrage, rendez-vous dans notre boutique en ligne : cliquez ici...

Lire La Suite

Villages de pierres et d’eau, balade entre hier et aujourd’hui

Villages de pierres et d’eau, balade entre hier et aujourd’hui

« Villages de pierres et d’eau, balade entre hier et aujourd’hui » Aquarelles et dessins de Anne Bosset et Olivia Oudart, textes M. Teodosijevic. Cet ouvrage présenté officiellement le 3 juillet est désormais disponible à la vente dans notre boutique en ligne : cliquez ici...

Lire La Suite

Couleurs romanes en Saintonge

Couleurs romanes en Saintonge

Photos Noé Bourgouin et textes S. Goillot. Présentation officielle le lundi 19 juin à 18h au Complexe à Matha (17) Pour acheter en ligne, cliquez-ici...

Lire La Suite

L’église romane Saint-Esprit et la lanterne de FENIOUX

L’église romane Saint-Esprit et la lanterne de FENIOUX

Nous avons le plaisir de vous convier à la présentation de notre nouvel ouvrage consacré à Fenioux : « L’église romane Saint-Esprit et la lanterne de fenioux » par Sophie Goillot. Rendez-vous vendredi 2 juin à 18h30 sur le parvis de la mairie de Fenioux pour une dédicace et rencontre avec l’auteur. Dressées au sommet d’un tertre, l’église romane Saint- Esprit et son clocher majestueux accompagnés par la lanterne des morts veillent depuis mille ans sur un boccage vallonné et paisible. Ici l’histoire, la grande comme la petite, chuchote aux visiteurs à travers les pierres, la terre et l’eau. Ces magnifiques témoignages de l’art chrétien du XIIe siècle, érigés par des bâtisseurs inspirés, offrent aux curieux comme aux spécialistes une illustration unique de l’art roman saintongeais à son apogée. Pour commander le livre : cliquez ici...

Lire La Suite